Pour l'amour des mots !...

Un espace dédié aux amoureux des mots !
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un vent de liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antigone
Administration
Administration
avatar

Féminin
Nombre de messages : 490
Age : 60
Localisation : Paris
Loisirs : Ecrire de la poésie, photographie, bricolage, randonnée pédestre,
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Un vent de liberté   Dim 24 Juin - 9:54


UN VENT DE LIBERTE

Un vent de liberté soufflait à nos fenêtres
-En ce beau mois de mai, moi je n’avais qu’onze ans-
Pourtant, je me souviens des cris qui s’enchevêtrent
Quand les pavés volaient jetés par des manants.

Dans Paris qui prenait à nouveau la Bastille
Victorieusement contre l’ordre établi,
Le peuple s’agitait brandissant des faucilles
Et le gouvernement reprenait le maquis.

Se pourrait-il, qu’encor, tout à nouveau s’embrase ?
Que les humains, perdus, réarmant leurs fusils,
Effacent tous les mots, toutes les belles phrases,
Refondant la ferveur sacrifiée au profit ?!

Car, demain, l’Univers -meurtri et agacé-
Pourrait bien, tout à coup, assailli de mensonges,
Ecumant de fureur, se métamorphoser,
Expulsant de son sein ce cancer qui le ronge :

L’Homme, ce parvenu, ce fléau et ce lâche !
L’Homme et tous ses canons que la haine dévore !
L’Homme, cet orgueilleux, conquérant sans relâche,
Semant sur son chemin le levain de la mort ! ...

En voici le prélude avant l’ultime orage :
Les vapeurs qui polluent et le Pôle qui fond,
L’Océan maculé que le mazout ravage,
Les débris, les engrais, les déchets, le fréon !

Ce vent de liberté, qui sifflait à nos portes
Tel un serpent sournois, a tout envenimé
Et l’Homme, ce verrat sans pudeur, ce cloporte,
Inexorablement, revint tout saccager !

A force d’écimer les forêts millénaires
Et de dénaturer les vertus du passé,
A force de gâcher les trésors de la terre,
Les bouquets sont flétris et les étangs souillés !

C’est à Mururoa qu’on fit du nucléaire,
Irradiant les poissons, les oiseaux du lagon
Et les coraux, précieux habitants de la mer,
Immolés sur l’autel vain de la déraison !

Adieu beaux mois de mai ! Adieu fruits des vendanges !
Adieu soleils ardents ! Adieu merles narquois !
Adieu lune d’argent ! La Nature se venge
Et mon âme est en deuil, j’ai si peur et si froid !



(c) extrait de J'AI CONJUGUE LE TEMPS

_________________
(c) Antigone
La poésie, c'est comme le champagne : elle pétille dans mon âme.



http://poesie.webnet.fr/vospoemes/poemes/cypora_sebagh/cypora_sebagh.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedantigone.over-blog.net/
 
Un vent de liberté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pour l'amour des mots !... :: Poésies :: Poèmes en vers classiques-
Sauter vers: