Pour l'amour des mots !...

Un espace dédié aux amoureux des mots !
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 AKHTAMAR poesie Armenienne de (Hovhannès Toumanian )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nad



Féminin
Nombre de messages : 9
Age : 51
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: AKHTAMAR poesie Armenienne de (Hovhannès Toumanian )   Mer 27 Juin - 3:50

Traduit par
Benjamin TCHAVOUCHIAN







AKHTAMAR

Du hameau près du lac de Van,
Quand vient la nuit, chaque soir,
Un beau garçon furtivement
Se glisse vers les flots noirs.

Il va vers l'île de ses rêves
L'intrépide sans bateau,
Sans fatigue aucune, sans trêve
De ses bras il fend les eaux.

Une lueur ardente et claire
L'appelle sur l'île sombre,
Et comme un phare elle l'éclaire
Pour que dans l'eau il ne sombre.

La belle Tamar sait allumer
Chaque soir ce feu qui luit
En attendant son bien-aimé
Voilée des plis de la nuit.





La houle écumeuse palpite,
Le cœur du garçon aussi,
Les flots hurlent se précipitent,
Il les combat sans merci.

Déjà tout près, Tamar entend
Un familier clapotis,
Folle d'amour et cœur battant
De tout son corps elle frémit.

Tout est silence. Seule une ombre,
Là, sur le rivage sombre...
C'est lui... Les amants sont unis...
Nuit secrète, douce nuit!

Seules les vagues du lac de Van
Viennent frôler les rives,
Et chuchotant avec le vent
S'évanouissent craintives.






Et les étoiles dans les cieux
Médisent de l'impudeur
De Tamar, puis ferment les yeux,
Car le jour naît... il est l'heure.

Chaque fois que la nuit se meurt
L'un s'en retourne à la mer,
Quand sur le bord l'autre demeure
Se confondant en prière.

L'ennemi est , pourtant, rageur,
Il a surpris leur secret,
Il a éteind le feu sauveur,
Un certain soir, sans regrets.

Dans l'onde nocturne et rebelle
L'amoureux nageur s'égare;
Les vents rapportent sur leurs ailes
Une plainte: " Ah! Tamar... "





Dans les noirs ténèbres, tout proche,
Où se déchaîne la mer,
La voix se lève, elle s'accroche
Aux rocs aigus, puis se perd
Dans un râle de désespoir:
" Ah! Tamar... "

A l'aube la houle apaisée
Rejette à la grève un corps,
Sur ses lèvres, dans un baiser,
On aurait dit que la mort
Avait pétrifié deux mots:
" Ah! Tamar... "
Depuis ce jour, en leur mémoire
L'île s'appelle Akhtamar.


Dernière édition par le Mer 27 Juin - 3:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nad



Féminin
Nombre de messages : 9
Age : 51
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: AKHTAMAR poesie Armenienne de (Hovhannès Toumanian )   Mer 27 Juin - 3:52

L'éminent écrivain et personnalité en vue arménienne Hovhannès Toumanian est né le 19 février 1869 dans le village de Dsègh (actuellement dans le district Toumanian en Arménie). Après des études au village natale et à Stépanavan, il fréquenta l'école Nersissian de Tiflis (Tbilissi) de 1883 à 1887.Hovhannès Toumanian est l'initiateur et le fondateur d'organisations littéraires et sociales , parmi eux le cercle littéraire "Vernadoun" qui rassembla les hommes de lettres Ghazaros Aghayan, Avétik Issaakian, Lévon Chanth, Dérénik Démirdjian et autres... En 1912, il fut président de la première Société des Ecrivains d'Arménie jusqu'en 1921. Considéré comme l'un des plus grands classiques de la littérature arménienne, qui a dépeint avec grand art l'image véritable des tendances sociales et nationales, de la vie du peuple, Hovhannès Toumanian a laissé un héritage d'une richesse exceptionnelle: poèmes, ballades, légendes, récits, contes, traductions, articles critiques...
Citons notamment les poèmes "Anouch", "Sako du Lori", "Maro" (1901-1903) reflétant la vie patriarcale rurale, les oeuvres épiques "David de Sassoun" (1902), excellent arrangement du troisième chant de l'épopée nationale arménienne, "La prise du fort Temouk" (1902), Dit épique sur le patriotisme et la trahison, les ballades et légendes "Akhtamar" (1892), "Parvana" (1903), "La goutte de miel" (1909), un chef-d'oeuvre de la prose arménienne "Guikor" (1895), histoire tragique du petit villageois victime de la ville bourgeoise, sans passer les meilleures pages de sa littérature pour enfant, telles que "Le chien et le chat" (1886), "Les malheureux marchands" (1886) , et d'autres oeuvres en vers et en prose.
Hovhannès Toumanian est mort le 23 mars 1923 à Moscou, ses restes sont ensevelis au panthéon arménien de Tbilissi en Géorgie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
AKHTAMAR poesie Armenienne de (Hovhannès Toumanian )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pour l'amour des mots !... :: Poésies :: Leurs écrits-
Sauter vers: